Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, oeuvrer pour la paix, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > En France > Aube > La délégation de l’Aube (Troyes)

La délégation de l’Aube (Troyes)

Délégation de l’Aube

Un nouveau président pour la délégation de l’Aube

Suite au décès, le 24 Juin 2014, du général de corps d’armée de la Gendarmerie Nationale Jean-François SARDET qui présidait la délégation depuis septembre 1995, la délégation de l’Aube, basée à Troyes, vient de se doter d’un nouveau président, Monsieur Gérard MARTIN-CHAUSSADE, de formation expert-comptable, conseiller de l’enseignement technologique (rectorat, académie de Reims) et président des conseils d’administration de différents établissements scolaires privés.

La délégation de l’Aube fut créée en 1981 par le général de COCKBORNE qui, en vue de lui succéder, recruta le général SARDET, major général de la Gendarmerie Nationale, sitôt après le passage de celui-ci dans le corps de réserve de cette Arme. Cette succession fut agréée par le conseil d’administration de La Renaissance Française et son président d’alors, le préfet Roger DUMOULIN, ainsi que par son président honoraire, le préfet de région Pierre-Marcel WILTZER qui avait bien connu le général de COCKBORNE.

Grâce à l’équipe fidèle et active des membres du bureau de la délégation et à l’attachement de ses nombreux adhérents, le général SARDET a pu d’emblée poursuivre et amplifier l’action de la délégation dans l’esprit défini par nos statuts.

Et, chose essentielle pour la pérennité de notre présence dans une ville ou un département, il a su, lui aussi, préparer sa succession.

JPEG - 12 ko

Ami de longue date de Gérard MARTIN-CHAUSSADE, c’est à lui qu’il a suggéré de prendre sa relève le jour venu. Gérard MARTIN-CHAUSSADE ayant accepté de se porter candidat à la présidence de la délégation de l’Aube, sa nomination proposée au bureau de La Renaissance Française par la délégation de l’AUBE, a été approuvée en conseil d’administration de La Renaissance Française du 16 Octobre 2014. Elle sera soumise à l’agrément de l’Assemblée Générale de Juin 2015.

Le nouveau président sera efficacement secondé par le bureau de la délégation, dont Mme Françoise PILLOT-SASSINOT, la secrétaire et Mme Véronique TURK, la trésorière.

Le général Jean-François SARDET fut un président de délégation exemplaire
La disparition du général SARDET a été très cruellement ressentie par l’ensemble des administrateurs de La Renaissance Française, et plus durement encore par le conseil et les adhérents de la délégation de l’Aube.

JPEG - 95.1 ko

A ses obsèques, le 30 Juin 2014 en l’Eglise de Saint André les Vergers, sa paroisse, la foule était nombreuse : préfet, représentants de la Mairie de Troyes et du conseil général de l’Aube, détachements de la Gendarmerie Nationale et de différentes associations patriotiques, représentants de notre délégation de l’Aube et amis en grand nombre.
Le président de La Renaissance Française, le professeur Denis FADDA étant empêché, c’est M. Georges LATREYTE, secrétaire général, qui représentait La Renaissance Française. Au cours de l’office religieux, celui-ci a prononcé une brève allocution d’hommage à la personne et à l’action du général SARDET. Il a remercié Madame SARDET pour l’aide qu’elle avait apportée à son époux au bénéfice de La Renaissance Française, et lui a exprimé, ainsi qu’à sa famille, la profonde sympathie de notre institution.

Entré en 1952, en « math-élem » au Prytanée militaire de La Flèche, Jean-François SARDET y prépare le concours d’entrée à la prestigieuse école militaire inter-armes de Saint-Cy / Coêquidan. Dès 1954, il y est admis, et dans un très bon rang.

A sa sortie de Saint Cyr, il est affecté dans le génie, puis est envoyé en Algérie où il participe à différentes opérations dans le nord-constantinois, ce qui lui vaudra la médaille de la Valeur Militaire. En 1959, il passe avec succès le concours d’officier de la Gendarmerie, de sorte qu’en 1963, lorsqu’il quitte définitivement l’Algérie devenue indépendante, il entre définitivement dans la gendarmerie.
Il termina sa brillante carrière comme général de corps d’armée (4 étoiles), officier de la Légion d’Honneur, commandeur de l’Ordre National du Mérite, chevalier des Palmes Académiques.
La Renaissance Française a donc eu la chance et l’honneur d’avoir comme président de la délégation de l’Aube une personnalité de l’étoffe du général Jean-François SARDET : esprit vif, cultivé, excellent animateur, à l’expression tant écrite que verbale précise et concise, chaleureux et amical.

Tout comme son prédécesseur, le général de COCBORNE, il a su axer son action sur ce qui fait la vocation de La Renaissance Française :

  • mise en valeur des richesses du patrimoine de l’Aube et des environs, ainsi que des personnes qui contribuent, souvent bénévolement, à le maintenir en vie
  • encouragement des jeunes à atteindre l’excellence dans leur domaine d’activité, que ce soit au lycée ou en centre d’apprentissage, et relations suivies avec les compagnons du devoir
  • initiatives originales dans la promotion de la langue française en France-même, par l’affichage en des lieux fréquentés par le public, de beaux texte courts choisis par des élèves du secondaire et illustrés par leurs dessins
  • encouragement à des personnes de la société civile oeuvrant avec dévouement pour le bien de tous : médiateurs sociaux, défenseurs de la langue française ou de l’environnement, aide aux apprentis, etc…

Pour illustrer la personnalité du général SARDET, aux tendances littéraires très marquées et au patriotisme chevillé à l’âme, il suffit de reproduire ici le petit poème, relevé par Gérard MARTIN-CHAUSSADE, qu’il a joint à ses derniers vœux à ses amis pour l’année 2014 :

On dit, un peu partout, pour diverses raisons,
Que notre beau pays part en décrépitude…
Faut-il se résigner et, par notre attitude,
Désespérer vraiment d’espoir de guérison ?

Nous ne le croyons pas ! Déjà dans le passé,
Notre France, en péril, a su se dépasser
Pour vaincre avec vigueur, car c’est nécessité,
Et retrouver la foi face à l’adversité !

Croire en des njours meilleurs, se montrer optimiste,
Ne pas imaginer cela irréaliste !
Après le mauvais temps le ciel revient toujours
Rayonnant de soleil ! Vivez avec amour ,
Confiants dans l’avenir, combattant le malheur.
Vos jours seront plus beaux : ce sera le bonheur !

Bonne année 2014 !
(Signé Jean-François SARDET)

Georges Latreyte
Secrétaire général (h) de La Renaissance Française
Paris, le 19 Novembre 2014