Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, distinguer les mérites"

Vous êtes : > PUBLICATIONS > Articles et chroniques > La neige, une évidence poétique par Immacolata Paparo de l’Université (...)

La neige, une évidence poétique par Immacolata Paparo de l’Université Federico II de Naples

Résumé
Des romans que j’ose considérer comme des moments parfaits dans l’œuvre de Andreï Makine. Des romans où il neige des attentes, des nostalgies, des douleurs, des sortilèges, en un lyrisme qui résonne du goût âpre et suave de la vie : La Femme qui attendait. La Musique d’une vie. La Vie d’un homme inconnu. Parcourir leurs chemins de neige et y « attraper au moins un oblique rayon » (Baudelaire), voilà mon but dans cet article où on ne devra pas s’étonner de voir parmi le regard de Andreï Makine celui que, sur la neige, ont porté Alain Grandbois et Robert Lalonde, de l’autre côté du monde russe, au Québec.
La neige, une évidence poétique.
Sur Andreï Makine, Alain Grandbois, Robert Lalonde
Immacolata Paparo
… l’extase pure est de peindre la fin
Sur [d]es tasses de neige à la lune ravie
(S. Mallarmé, Las de l’amer repos)

Comme un carnet. Refermé sur des coins perdus du Nord russe, perdus au milieu des steppes, au milieu des forêts, avec ici un fleuve, là un lac à les baigner (de mort souvent) ; et le silence de la mer en bordure, assoupie parfois d’attente ; le ciel, surtout, où des regards s’élèvent pour se retrouver. C’est ainsi que j’ai senti dès ma première lecture l’œuvre de Andreï Makine. Où, au seuil, surprend la vie : l’amour. Omniprésents, des flancs de femmes, des corps soudés, dans la solitude, le silence, la guerre. Et, partout, la beauté. Partout l’art : un carnet, une cymbale, des mots, des notes. La musique.
Parmi tout cela, comme des vertiges fixés, selon le mot de Arthur Rimbaud, la neige. Que j’aimerais ici appeler. Parce que la neige est, d’abord, ce que Andreï Makine a voulu écrire : la neige, en son acidité piquante. Parce que la neige est ce ciel de son œuvre où se recueillent – perdus – les regards ; parce que la neige est ce qui tient dans son œuvre l’amour et le bonheur, et ce qui retient en glace l’ivresse de la beauté, ce qui clôt le temps en de brèves éternités, ce qui permet le silence, et la musique, et tout…