Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > Dans le monde > Russie > Le Premier Lauréat russe de la Renaissance française – le 5 novembre 1928, (...)

Le Premier Lauréat russe de la Renaissance française – le 5 novembre 1928, Paris

Monsieur Vladimir LAZAREVSKI, traducteur littéraire, fondateur de « La Pensée Russe » (1897 – 1953)

La délégation de la Fédération de Russie de la Renaissance française fut créée en 2010 et pourtant le premier lauréat russe fut distingué de la Médaille des Valeurs francophones il y a bien longtemps, à Paris, en 1928.
Monsieur Lev A.MNOUKHINE, historien, écrivain, spécialiste de l’émigration russe, lauréat de la Renaissance française en Russie (promotion 2015 – promotion du centenaire) nous confie l’histoire de cet homme d’exception.

Le 5 novembre 1928, « Les Dernières Nouvelles », le plus important et le plus populaire journal de l’émigration russe en France a publié dans sa chronique « Monsieur Vladimir LAZAREVSKI, ancien membre du conseil d’administration de l’Union des organisations des étudiants de l’émigration russe (en russe : ОРЭСО), traducteur littéraire pour la Maison des éditions « Payot », journaliste , vient de recevoir la Médaille des Valeurs Francophones de la Renaissances française ». Cette distinction lui a été attribuée à la demande de la Maison des éditions « Payot ». Ce fut un événement important dans le milieu de l’émigration russe. Jusqu’à présent, ses représentants recevaient uniquement l’Ordre de la Légion d’Honneur. L’émigré Vladimir Lazarevski fut l’un des premiers, pour ne pas dire, le premier lauréat russe de la Renaissance française. Qui était cet homme ?
Vladimir Alexandrovitch LAZAREVSKI est né à Kiev, en 1897. Il a fait des études de Droit à l’Université de Kiev. Depuis son jeune âge, il a été passionné par le journalisme. Pendant la Guerre Civile russe (1917-1923), il a combattu au côté du général Anton I. DENIKINE. Il quitte la Russie en 1920 et s’installe à Prague où il poursuit ses études de droit à l’Université de Prague. A la fin de ses études, il part pour Paris et s’installe avec sa mère dans un petit hôtel sis avenue des Gobelins.
Dès son arrivée, il devient une personnalité active et importante de la vie culturelle du Paris « Russe ». Il est l’un des fondateurs des Journées de la Culture russe en France. Il participe activement à la vie des étudiants russes. Il contribue énormément au renforcement et à la promotion de la culture slave en France. La liste de ses activités de s’arrête pas là.

Vladimir Lazarevski est parfaitement francophone et francophile. Son français irréprochable lui permet, dès son arrivée à Paris, de travailler pour la presse française. Il a pu écrire ses articles et ses ouvrages directement en français : « La Russie sous l’uniforme bolchévique », « Quand le village appartient à l’Etat », « La Démocratie soviétique » ou bien « L’Assassinat de Stolypine » etc.
Mais c’est pour ses qualités de traducteur littéraire que la maison des éditions « Payot » remarque Vladimir Lazarevski. En 1920, il participe à la publication de la collection « Mémoires études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale ». C’est pour ses traductions des mémoires de l’Empereur Nicolas II « Archives secrètes de l’empereur Nicolas II » que Vladimir Lazarevski reçoit la Médaille de la Renaissance française.
Parmi ses traductions littéraires, nous pouvons citer : « Ida », « L’affaire du cornette Elaguine », « Le Coup de soleil » d’Yvan BOUNINE ; « Jeannette », « La Princesse des quatre rues » d’Alexandre KOUPRINE etc. Il a beaucoup travaillé pour les revues « Revue et France », « L’Illustration »
Vladimir Lazarevski est l’un des fondateurs de l’importante revue de l’émigration russe « La Pensée russe » (« Русская мысль »). Au printemps 1947, au domicile de Vladimir Lazarevski (11 bis rue Roquepine Paris 8e) a lieu la première réunion de la rédaction. V. Lazarevski est désigné rédacteur en chef. Le premier numéro sort le 19 avril, lors de la semaine pascale, grâce au financement personnel de V. LAZAREVSKI.
Homme de grande culture, érudit, il donne une place importante dans cette revue, à la culture, à la littérature, au théâtre, à la musique, à la science et à la philosophie.
Malgré ses responsabilités éditoriales qui lui prennent beaucoup de temps, V. LAZAREVSKI continue à participer activement à la vie culturelle du Paris Russe. Il devient membre du conseil d’administration de la Société Musicale russe, il entre au comité de la célébration du 150 ème anniversaire d’Alexandre POUCHKINE, il devient Président de l’Union Russo-polonaise. Son rêve est d’ouvrir un musée d’histoire pour les enfants à Paris. Malheureusement, il tombe gravement malade et décède à Nice, le 25 août 1953 où il est parti pour se soigner. Vladimir Alexandrovitch LAZAREVSKI est enterré au cimetière russe de Caucade à Nice, laissant seuls sa mère, sa femme et ses 4 enfants adoptifs.

En conclusion, nous aimerions vous citer ce texte remarquable qui a été écrit par Vladimir Lazarevski, il y a 70 ans, mais qui n’a rien perdu de son actualité :
« Notre tâche est de contribuer au renforcement des liens culturels franco-russes. « l’Idée européenne » est impensable sans la collaboration entre l’Est européen, ctd. la Russie et l’Ouest européen, dont la France est le guide spirituel. C’est un très grand et important sujet. L’Europe ne peut pas exister sans l’amitié franco-russe : pas une amitié de salon « entre 2 coupes de champagne » mais une amitié basée sur une compréhension mutuelle, sincère et profonde …. ».

Portfolio