Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > En France > Languedoc-Roussillon > PEZENAS 24 juin 2016 - Parterre de Roses `SIMONE VEIL`

PEZENAS 24 juin 2016 - Parterre de Roses `SIMONE VEIL`

PNG - 116.1 ko

Après la présentation de la rose « Simone Veil » créée pour le Centenaire de La Renaissance Française en septembre 2015 dans les Jardins du Luxembourg, Pézenas, la ville du Prince de Conti et de Molière accueillait, fin juin 2016, l’inauguration (voir le Midi Libre) d’un massif de roses « Simone Veil », en centre-ville, au Parc Sans Souci.

JPEG - 87.7 ko

 [1]

PNG - 186.9 ko

Avec cet hommage à la Présidente d’Honneur de La Renaissance Française, Madame Simone Veil, la rescapée de la Shoah, la militante de la condition féminine, la symbolique de la rose était forte pour cette cérémonie qui accueillait les autorités et les enfants de CM2 de l’Ecole Jacques Prévert toute proche.

Une belle initiative de la toute nouvelle Délégation Languedoc-Roussillon de La Renaissance Française et de son Président, Dominique-Henri Perrin qui a choisi Pézenas comme siège, soutenu par Alain Vogel-Singer, Maire de Pézenas et ses adjoints Louis Carme et Edith Fabre.

« La Renaissance Française a 101 ans. » a rappelé le Pr Denis Fadda, Président International de La Renaissance Française.

Le Président de la Grande Guerre, Raymond Poincaré a fondé La Renaissance Française en 1915 ; elle compte aujourd’hui un grand nombre de délégations tant en France que hors de France ; un peu partout dans le monde il y a des manifestations d’intérêt pour la culture francophone. Une réelle demande. Raymond Poincaré a confié une double mission à notre organisation : faire rayonner la langue française et la culture francophone et contribuer à la paix et à sa pérennisation par la diffusion de la culture, la rencontre, le dialogue, l’échange, le partage. Il l’a placée sous le très haut patronage du Chef de l’Etat".

Alors, comment mieux honorer Madame Simone Veil, notre Présidente d’Honneur, qu’en faisant naître, pour elle, une rose qui porterait son nom ? Elle s’inscrit dans une lignée de présidents d’honneur - au demeurant presque tous membres de l’Institut de France, comme elle-même - caractérisés par leur courage et par leur désir de paix. Je cite : Lyautey, Maurice Schumann à qui a succédé Madame Simone Veil, des hommes et une femme - il y en eut une - qui ont su dire non quand il l’a fallu.

Evoquant la rose du Petit Prince de Saint-Exupéry, sa fragilité et sa force , - « ils peuvent venir les tigres avec leurs griffes », Dominique-Henri Perrin poursuivait :

« Certes la France, depuis plus de 70 ans, n’est plus en guerre avec aucun de ses voisins, mais elle ne connait pas une véritable paix quand on sait qu’au nom d’un Dieu de paix et d’amour, des Français sont assassinés, au hasard, à Paris au Bataclan et hier des Piscénois, à côté de Mantes-la-Jolie … ». Le nouveau massif de roses « Simone Veil », à l’entrée de l’écrin de verdure piscénois, honore Madame Simone Veil, personnalité préférée des Français. « Elle est un exemple de courage, de paix et de foi en la France. Rescapée d’Auschwitz, elle porte encore sur son bras le matricule 78651 des camps d’extermination. Magistrat avant d’être une personnalité politique, Madame Simone Veil a consacré sa vie à la construction européenne et à la paix entre la France et l’Allemagne qui s’étaient pourtant entre déchirés par trois fois en cent ans. Elue à l’Académie Française, elle appuie la mission de La Renaissance Française de promouvoir toutes initiatives favorisant le rayonnement de la culture et de la langue française, notamment en honorant des auteurs d’ouvrage ou de réalisations qui soutiennent la langue française et la culture francophone ».

En choisissant le Ville de Pézenas comme base de lancement de la Délégation Languedoc-Roussillon de La Renaissance Française, en y inaugurant le premier massif de roses « Simone Veil » et en y associant des classes très attentives d’élèves de fin de primaire qui ont déclamé, avec beaucoup d’assurance, la responsabilité et l’amour au travers des du dialogue entre le Renard et le Petit Prince, Dominique-Henri Perrin a voulu marquer l’attachement de La Renaissance Française à la capitale historique des Etats du Languedoc et au rayonnement de la langue de Molière si lié à Pézenas dont Marcel Pagnol disait « Si Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris, Molière est né à Pézenas ! ».


Discours du Président International (cliquer pour ouvrir)

INAUGURATION A PEZENAS DU PARTERRE DE ROSES SIMONE VEIL
Discours du Professeur Denis FADDA
Président International de La Renaissance Française

La Renaissance Française a 101 ans. À l’occasion de son centenaire, l’an dernier, elle a voulu rendre hommage aux hommes et aux femmes remarquables qui l’ont constituée, l’ont faite vivre et se développer.

À l’origine, il y a eu le Président Raymond Poincaré. C’est lui, en effet, qui a fondé notre institution ; elle compte aujourd’hui une vingtaine de délégations en France et une quarantaine hors de France. Un peu partout dans le monde il y a des manifestations d’intérêt pour la culture francophone, une réelle demande.

Car, le Président Poincaré a confié une double mission à notre organisation : faire rayonner la langue française et la culture francophone et contribuer à la paix et à sa pérennisation par la diffusion de la culture ,la rencontre, le dialogue, l’échange, le partage. Il l’a placée sous le très haut patronage du Chef de l’État ; quelques années plus tard, La Renaissance Française a été placée aussi sous le haut patronage des ministres de la Défense, des Affaires étrangères, de l’Education nationale, de l’Intérieur. Dès son origine, elle a été autorisée à accorder des distinctions.

A l’expiration de son mandat, le Président Poincaré en est devenu le premier Président d’honneur. Après lui, il y a eu, notamment, le recteur Paul Appell, Lyautey, le Professeur d’Arsonval, Georges Risler, Louis Madelin, Maurice Schumann. À Maurice Schumann a succédé Madame Simone Veil.

C’est à notre présidente d’honneur actuelle que nous avons voulu d’abord rendre hommage. Et comment mieux honorer Madame Simone Veil qu’en faisant naître, pour elle, une rose qui porterait son nom.

Le rosiériste Orard l’a créée

La couleur de cette rose, rouge, marque - au-delà de l’admiration – l’affection que nous portons à notre présidente d’honneur.

Cette rose a été baptisée à Paris le 21 septembre, dans le Jardin du Luxembourg, en présence de sénateurs et de la famille de Madame Simone Veil à qui, ce jour-là, a été porté le premier bouquet de roses portant son nom.

À partir du 21 septembre, des rosiers « Simone Veil » ont commencé à être plantés dans des communes de France, à Vannes d’abord, dans de nombreux jardins privés mais aussi à l’étranger, à Bruxelles notamment ; il vont être plantés dans les jardins de certaines ambassades de France. Peu à peu, ils se répandront dans tous les pays du monde.

Madame Simone Veil s’inscrit dans une lignée de présidents d’honneur – au demeurant presque tous membres de l’Institut de France, comme elle-même – caractérisés par leur courage et par leur désir de paix. Des hommes et une femme – il y en eut une - qui ont su dire non quand il l’a fallu.

Je ne m’étendrai pas sur la biographie de Madame Simone Veil ; elle est connue. Haut magistrat ; Ministre de la santé ; Ministre d’État, Ministre des Affaires sociales, de la santé et de la ville ; première présidente du Parlement européen ; membre du Conseil constitutionnel ; membre de l’Académie française ; Grand-croix de la Légion d’honneur ; personnalité la plus aimée des Français.

C’est sur son courage que je voudrais insister. Elle a connu l’horreur la plus extrême mais elle a pu survivre grâce à la force, à la détermination qui était en elle ; elle a résisté. Ensuite, malgré tout, elle a construit. Elle a vécu d’autres drames, la perte d’êtres très chers, mais elle a poursuivi.

Résister, construire, poursuivre ; sa vie est un combat, un long combat, un combat exemplaire.

Nous sommes très heureux que la municipalité de Pézenas ait bien voulu – sur proposition du Président de la Délégation de La Renaissance Française en Languedoc-Roussillon, M.Dominique-Henri Perrin – prendre cette initiative d’offrir aux habitants de la ville ce parterre de roses, et nous la remercions vivement. Il sera, à la fois, le témoignage d’une vie qui constitue un exemple, un message de paix et un acte de foi dans la culture française et francophone que nous voulons servir.


Discours de Dominique Henri PERRIN (cliquer pour ouvrir)

Parc sans Souci à Pézenas Vendredi 24 Juin
Inauguration du Massif de Roses « Simone Veil »
Intervention de Mr Dominique-Henri Perrin
Président de la Délégation Languedoc-Roussillon de La Renaissance Française

Monsieur le Maire et ses Adjoints,
Monsieur le Président International de LRF,
Madame la Présidente de la SMLH,
Mesdames, Messieurs en vos grades et qualités,
Chers enfants de l’école Jacques Prévert et leur Directrice, Madame Stéphanie Lauras

La rose n’en finissait pas de se préparer à être belle
Elle ne voulait pas sortir toute fripée comme les coquelicots
Elle dit en baillant :
Ah ! Je me réveille à peine …
Je vous demande pardon … Je suis encore toute décoiffée

La rose et le mouton du Petit Prince de Saint-Exupéry ont bercé notre enfance, comme celle des enfants d’aujourd’hui. L’éternel de la rose, chantée par les poètes, la faiblesse d’une fleur face à la méchanceté des hommes, - « Parlant de ses quatre épines, la rose n’avait-t-elle pas dit au Petit Prince « Ils peuvent venir, les tigres, avec leurs griffes », rien d’étonnant à ce que La Renaissance Française ait choisi de créer une rose au nom de sa Présidente d’Honneur, Madame Simone Veil pour fêter le Centenaire d’une institution crée en 1915 par Raymond Poincaré, le Président de la République de la Grande Guerre.

Simone Veil aurait été particulièrement heureuse d’inaugurer avec nous ce massif de roses à son nom, le premier en France et à Pézenas, la Capitale des Etats du Languedoc, la ville de Molière, dans ce très beau Parc Sans Souci.
Certes la France depuis plus de 70 ans n’est plus en guerre avec aucun de ses voisins. Mais elle ne connait pas encore une véritable paix quand on sait qu’au nom d’un Dieu de paix et d’amour, des français sont assassinés, au hasard, à Paris au Bataclan et hier des piscénois, à Magnanville, à côté de Mantes-la-Jolie.

Simone Veil, c’est évoquer un exemple de courage, de paix et de foi en la France

De Courage d’abord
Simone Veil en mars 1944 venait de passer son Bac de Terminale et est arrêtée à 16 ans et déporté au camp d’Auschwitz. Elle porte encore tatoué à son bras le matricule 78651. Père, mère, frère ne reviendront pas. Elle sera, avec sa sœur, les seules de la famille à revenir de l’horreur des camps.

Simone Veil, c’est évoquer un exemple de paix
Sa carrière politique a été un engagement pour la paix en Europe, à la suite du Général de Gaulle et de Konrad Adenauer qui ont scellé, entre la France et l’Allemagne, une entente entre deux ays qui s’étaient, pourtant, entredéchirés trois fois durant un siècle.

Simone Veil, c’est évoquer, aussi, son souci de promouvoir les vertus de la grandeur de la langue et de la culture française

Elue à l’Académie Française en 2010, elle concoure à cette mission qui depuis Richelieu (1635) est de veiller à une bonne évolution de notre langue. C’est toute la mission de La Renaissance Française qui, sous la houlette de Denis Fadda et de son expérience internationale, possède les atouts pour attaquer, avec succès, son deuxième siècle d’existence.

Par-delà les SMS ou les Twitts que nous échangeons et dans lesquels nous estropions notre langue, vous avez la chance de vivre à Pézenas, la ville où se développa les merveilles du théâtre de Molière qui font rire aux éclats jusqu’aux Chinois à Pékin ! Les enfants, respectez votre langue, que vos Professeurs s’ingénient à vous apprendre, c’est votre capital le plus précieux !

Simone Veil, c’est aussi les roses
Ayant reçu du Président Denis Fadda la charge de mettre en place pour le Languedoc-Roussillon, une Délégation comme il en existe partout en France, mais aussi dans 80 pays, de la Russie au Mexique, c’est tout naturellement que j’ai proposé que le siège de la Délégation soit à Pézenas, la Capitale historique des Etats du Languedoc. C’est tout aussi naturellement que j’ai proposé d’emblée à, son Maire, Alain Vogel d’offrir à Pézenas un massif au nom de Simone Veil.

Vous me pardonnerez une anecdote personnelle. Raymond Barre le Premier Ministre des années 70 qui m’avait confié, en 1978, la mission jugée impossible mais réussie de proposer un emploi ou un stage à 630 000 jeunes à la sortie de l’école ou de l’université, se confiait souvent à son équipe sur la difficulté de gérer un grand pays comme la France. En résonance avec Simone Veil qui était alors son Ministre de la Santé, il confessait qu’il trouvait son soutien dans deux passions : l’amour de la France et les roses.

Alors, que ce massif de roses « Simone Veil », en plein cœur de Pézenas et dont nous allons découvrir la plaque commémorative soit pour vous tous et pour la ville de Pézenas un signe de prospérité, de bonheur et de paix.

Visiter aussi les articles liés…

Portfolio

  • La Présidente de la SMLH 34 et l'Ambassadeur Paul Blanc, Administrateur (...)
  • Le discours de Dominique-Henri Perrin
  • Les enfants de CM2 attentifs à l'histoire de Simone Veil
  • Les enfants animent le Petit Prince
  • Les enfants du primaire de l'Ecole Jacques Prévert
  • La plaque commémorative
  • Les enfants de CM2 attentifs à l'histoire de Simone Veil
  • Les roses « Simone Veil » au Parc Sans Souci
  • Le massif « Simone Veil » avant l'inauguration
  • Le président international DENIS FADDA

[1Photo Midi Libre