Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, oeuvrer pour la paix, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > En France > Bretagne et Loire Atlantique > Distinctions > Philippe ABJEAN fondateur de la Vallée des Saints, distingué par La (...)

Philippe ABJEAN fondateur de la Vallée des Saints, distingué par La Renaissance Française

PNG - 697.5 ko

Discours de Brigitte Vadier Metra, présidente de la délégation Bretagne-Pays de Loire

Philippe ABJEAN, vous êtes né un 4 avril à Bar-sur-Seine dans l’Aube, en Champagne-Ardenne.
Votre père fait prisonnier pendant la Seconde Guerre mondiale, vous passez les premières années de votre vie dans l’Est de la France.
C’est à l’âge de 3 ans que vous revenez vivre avec votre famille et que vous passez votre enfance et votre adolescence à Saint-Pol-de-Léon.
Après ses études au lycée Notre-Dame du Kreisker, vous envisagez de faire des études de droit mais vous vous lancez finalement dans des études de philosophie à Brest et à Poitiers.
Puis vous vous tournez vers l’enseignement, notamment après votre rencontre avec le professeur Nicolas Grimaldi qui marque votre vie. Maitrise et Capes en poche, vous obtenez, à 23 ans, un premier poste au Cameroun, où vous enseignerez pendant cinq ans et y découvrirez « une vraie qualité de vie et un sens des relations humaines », je vous cite malgré la pauvreté.
Puis, quittant à regret l’Afrique, vous rentrez en Bretagne pour enseigner la philosophie dans les lycées du Kreisker à Saint-Pol-de-Léon et Le Nivot à Loperec.
Sept ans après, vous démissionnez.
Je vous cite à nouveau : « Le problème lorsqu’on enseigne, c’est qu’au bout d’un moment, on ronronne. Et on devient le contre-exemple de ce qu’est la philosophie, qui invite sans cesse à réinventer la vie ! ».
Philippe, vous vous orientez alors vers une licence de théologie à Lyon.
De retour en Bretagne, vous devenez un correspondant très actif du journal Le Télégramme pour plusieurs cantons, dont celui de Saint-Pol-de-Léon.
Le Tro Breizh
En 1990, vous proposez au maire de Saint-Pol de fêter le 1500e anniversaire de la naissance de saint Pol Aurélien, fondateur de l’évêché de la ville.
Contre toute attente, le rassemblement de 144 bannières des paroisses du Léon fait chapelle comble.
En 1994, fort de ce succès, vous relancez le Tro Breiz, le seul pèlerinage au monde qui, pendant sept jours, début août, met 2 000 personnes sur les routes, provenant de divers milieux et pour différentes raisons.
Ce tour de Bretagne, pèlerinage traditionnel qui remonte au Moyen Âge, consiste à relier, à pied bien sûr, les sept évêchés des sept saints fondateurs et qui permet de découvrir une grande partie du patrimoine.
Vous fondez ensuite l’association "Les Chemins du Tro Breiz", qui gère ce grand pèlerinage, souhaitant le faire reconnaître comme « itinéraire culturel européen », et qui a effectué à plusieurs reprises des actions humanitaires. L’association, dont vous êtes président jusqu’en 2009, a fêté ses 20 ans en 2014.
Catholique pratiquant, vous vous investissez dans la paroisse mais aussi en tant que laïque dans la commune de Saint-Pol où vous êtes en charge de la culture. Avec des bénévoles, vous participez à la « Communion des chapelles » pour ouvrir et expliquer les lieux aux visiteurs.
Vous allez plus loin encore dans la réappropriation des lieux religieux en sauvant les églises et chapelles vouées à la destruction : « les Ouvriers du bon Dieu » est un projet qui rassemble des bénévoles pour racheter et restaurer ces édifices. Président également de l’association l’Œuvre de St-Joseph, plusieurs chapelles dédiées au saint ont retrouvé vie grâce aux actions bénévoles, comme à Saint-Pol-de-Léon et Quimper.
La Vallée des Saints
Dès 1999, vous ambitionnez de réaliser dans le Pays léonard une « Vallée des Celtes », un foyer vivant de création celtique contemporaine comportant les statues d’un millier de saints.
En 2008 vous créez à Carnoët l’association La Vallée des Saints, « un projet fou pour l’éternité » qui par la création artistique dans le granit breton redonne vie à la multitude de saints bretons. On y trouve, comme nous le verrons, des statues-sculptures monumentales qui constitueront à terme une « île de Pâques bretonne ».
Pour vous cette Vallée est une mise en scène de la mythologie bretonne, de ces récits transmis oralement qui sont une mémoire collective mais aussi des messages modernes à portée universelle.
Votre démarche permet de revenir sur l’histoire du millier de saints qui ont dessiné le visage de la Bretagne lors des grandes migrations d’Outre-Manche aux Ve et VIe siècles.
Le public ne s’y trompe pas, le succès est immédiat puisque, sans faire beaucoup de publicité, le site a accueilli 120 000 visiteurs en 2015, fréquentation qui pourrait doubler dans les années à venir.
Philippe Abjean, vous êtes reconnu comme un philosophe humaniste, un militant breton qui souhaite redonner à la Bretagne une nouvelle dimension spirituelle et culturelle, un bâtisseur, ce qui vous a valu déjà d’être décoré à de multiples reprises
Votre passion pour l’Afrique vous conduit à imaginer d’autres projets, avec « La Vallée de la Paix », au Cameroun ou au Maroc, où vous prévoyez la reconstruction d’un millier de cases en terre représentant le patrimoine architectural africain en voie de disparition tout comme les ethnies.
Au Bénin, « La Vallée du Non Retour » serait un mémorial de l’esclavage à Ouidah (important port négrier au XVIIIe siècle) où seraient installées un millier de statues en terre cuite, grandeur nature, enchaînées et regardant en direction de la mer.
Vous savez que la mission de La Renaissance Française est de Promouvoir la paix partout dans le monde par la diffusion de la culture, la rencontre, l’échange et le partage. Je sais que nous avons en commun ces valeurs et c’est pour moi un immense plaisir de vous remettre aujourd’hui la médaille de bronze du rayonnement culturel de La Renaissance Française.


Voir en ligne : La Vallée des Saints, le 18 juin 2016

Portfolio