Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, oeuvrer pour la paix, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > Dans le monde > Luxembourg > LUXEMBOURG : Baptême de la rose "Jardins d’Ansembourg" rose de la (...)

LUXEMBOURG : Baptême de la rose "Jardins d’Ansembourg" rose de la paix

Le 21 septembre, à l’occasion de la journée internationale de la paix et à l’initiative de la Délégation de La Renaissance Française au Luxembourg et de son Président, Monsieur Christophe Déage, au Grand-Château d’Ansembourg a eu lieu le baptême de la rose "Jardins d’Ansembourg" ; étaient présents neuf ambassadeurs en poste au Luxembourg et quatre autres représentants d’ambassades.

Discours de M. Christophe Déage (cliquez pour voir/cacher)

Baptême de la rose
Le 21 septembre 2017

Paroles d’ouverture
par M. Christophe Déage,
Président de LH Europe
Président de la Délégation Luxembourg de La Renaissance française

Monsieur le Maréchal de la Cour honoraire,
Excellences,
Monsieur le Conseiller consulaire Bruno Théret,
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d’abord remercier le Ministère de la Culture pour son Haut Patronage pour le Baptême de la rose « Jardins d’Ansembourg », le Service des Sites et Monuments nationaux pour son précieux soutien, et Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO qui, malgré son agenda chargé en ces temps d’Assemblée a eu l’attention de nous faire envoyer un message pour saluer l’initiative d’aujourd’hui qui s’inscrit dans le Programme officiel de l’Année internationale des Nations Unies pour le Tourisme durable pour le développement.

Je voudrais remercier les Ambassadeurs en poste à Luxembourg et les représentants de quatre continents de nous honorer de leur présence, avec le Maréchal de la Cour honoraire M. Pierre Mores, le Secrétaire Général de l’Union Benelux M. Thomas Antoine, qui était encore ambassadeur de Belgique en ce début d’année, l’ancien représentant de la Commission européenne M. Guy Berg, ainsi que Mme Simone Beck, Présidente de la Commission luxembourgeoise pour la coopération avec l’UNESCO.

En cette Journée internationale de la Paix où le Secrétaire Général des Nations Unies a appelé au respect d’un cessez-le-feu de tous les atroces conflits armés dans le monde - ici au Luxembourg, avec notre pensée de vigilance et de compassion pour les victimes de ces conflits que nous voudrions associer à cet événement, nous avons le privilège de pouvoir réaliser le baptême d’une rose. Mais c’est aussi un immense honneur et une joie de pouvoir le réaliser avec des parrains d’exception, notre grande poète nationale, Madame Anise Koltz, Prix Jean Arp de la littérature francophone, Médaillée d’Or des Valeurs francophones de La Renaissance française, qui a bien voulu accepter d’en être la marraine, et de son parrain, M. Tairiku Teshima, maître calligraphe, Prix du Ministère de la Culture du Japon 2014, qui été distingué lors de son exposition de calligraphies en dialogue avec la culture luxembourgeoise à l’UNESCO, en présence de la Directrice Générale de l’UNESCO, de la Médaille d’Or du Rayonnement culturel de La Renaissance française, le même jour que la poète francophone Anise Koltz.

Je voudrais également exprimer toute notre reconnaissance au propriétaire de la rose jardins d’Ansembourg et persévérant initiateur de ce merveilleux projet, le Conseiller consulaire et Président de Commission au Conseil économique et social de la Grande Région, M. Bruno Théret, qui est aussi le Président du Printemps des Poètes Luxembourg, partenaire de cet événement.

Je voudrais aussi remercier particulièrement le rosiériste lyonnais M. Pierre Orard, dont vous pourrez découvrir le catalogue de ses roseraies, pour ses six années d’efforts qui ont conduit à la création de cette rose, ainsi que son épouse Christèle, qui ont fait le déplacement au Luxembourg pour être avec nous. Parmi les prix internationaux que les Roseraies Orard ont remporté, je signalerai seulement le prestigieux All America Rose Selection de 2002 qui a été attribué seulement 20 fois en 60 ans, dont deux rosiéristes français, pour récompenser la délicatesse du parfum de leurs roses.

Pierre Orard a une relation déjà ancienne avec le Luxembourg et La Renaissance française. C’est déjà a Pierre Orard à qui l’on doit la création de la rose rouge et parfumée Simone Veil que vous pouvez découvrir dans ce jardin, et qui a été baptisée au nom de la regrettée et ardente promotrice de la réconciliation franco-allemande et de la construction européenne, laquelle était aussi la Présidente d’honneur de la Renaissance française. Ce baptême de la rose Simone Veil a eu lieu le 21 septembre 2015 au Sénat, et en présence naturellement de son Président international M. Denis Fadda. Cet événement qui, avec le soutien actif de la Délégation du Luxembourg et de son Président d’alors, M. Bruno Théret, a marqué le Centenaire de La Renaissance française a renouvelé les liens entre les Roseraies lyonnaises Orard et le Luxembourg, après leurs créations des roses Aline Mayrisch - la grande tante d’Anise Koltz - et Sybilla de Luxembourg qui embaument si délicatement dans ce jardin.

Les visiteurs des Journées du Patrimoine le week-end prochain auront l’occasion de découvrir toutes ces roses parfumées en se promenant dans ce jardin des roses.

Permettez-moi de rendre ici devant vous, hommage à tous les inspirateurs et artisans de ce Jardin des roses du Grand-Château d’Ansembourg, qui a été créée depuis trois années, grâce à ces liens d’amitié et de dévouement entre les initiateurs de cette nouvelle rose et avec Madame Claudine Als, Présidente de l’Association Patrimoine Roses pour le Luxembourg, qui s’engage cœur et âme avec son association pour contribuer à faire revivre le Luxembourg en tant que Pays des Roses. Merci à Mme Als qui avec Monsieur Marc Schoellen nous a proposé l’emplacement des carrés de rose dans ce jardin, les jardiniers et fleuristes du château, Messieurs Alain Billard et Paul Strauss et Mme Margrit Kaempf – et at last but not at least, Mme Nieves Cobas qui avec constance est venue depuis Barcelone pour de longs séjours depuis trois ans au service à la réalisation du projet, avec l’aide de M. Luis Sebastia, M. Stéphane Dupâquier, M. Georges Hennen, M. Abecassis et tant d’autres amoureux des roses qui ont apporté leur soutien discret et tout leur grand cœur à la réalisation de ce jardin.

Je voudrais aussi saluer l’amicale présence de Mme Mireille Seil, Présidente de l’Association des Amis de la Rose (Lëtzebuerger Rousefrënn) , qui est aussi l’amie attentive de Mme Cobas.

De fait, me disait Mme Hervé, qui a assuré la publicité de cet événement : « Parler des roses illumine immédiatement le visage des personnes que l’on rencontre ».

C’est un message de partage des cultures dans la paix qui nous réunit aujourd’hui en présence de neuf ambassadeurs et de quatre autres représentants d’ambassades. Les roses nous invitent à cultiver l’amitié et le bonheur. Comme un jardin, le bonheur se cultive : selon le philosophe français Eric Weil, « Le premier devoir de l’homme est d’être heureux, car c ‘est bien la seule façon de répandre du bonheur ». Il semble que nous en connaissions maintenant même un auguste résultat, grâce à votre présence aujourd’hui et grâce aux moments que nous allons passé avec les artistes tout à l’heure.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

au nom de la représentante du propriétaire du château, et maître d’ouvrage déterminé de la restauration de ce site historique, Mme Françoise Hadifé - qui par délicatesse, n’a pas voulu ajouter une allocution supplémentaire à ces paroles d’accueil - je voudrais vous remercier de votre présence qui contribue au rayonnement international de ce jardin d’Ansembourg, du Pays des roses pour la Paix.

Après les paroles de M. Orard et de M. Théret et le baptême de la rose par sa marraine Anise Koltz, nous vous demanderons de bien vouloir symboliquement planter : la beauté, la pureté et la fragilité dans cette partie du jardin qui sera dorénavant votre « Carré des Ambassadeurs » - et que chantera pour nous, tout à l’heure, la chanteuse trinidadienne Tahira Osborne, accompagnée de la pianiste américaine Loretta Lambert.

Cet espace regarde l’allée mythologique du jardin qui invite à reconstruire un Age d’Or d’harmonie, en cherchant à réaliser cette complémentarité des antagonismes qui, selon les experts du développement durable que célèbre cette année 2017 du Tourisme durable des Nations Unies, seule permettra de promouvoir les synergies et savoirs nouveaux nécessaires à notre temps.

Vous découvrirez dans la salle tout à l’heure une exposition sur l’histoire de ce jardin d’Ansembourg et de son jardin des roses en relation avec celle de ce beau pays des roses qu’est le Luxembourg. Je remercie tout particulièrement leurs réalisateurs, Mme Bernadette Hoffmann, Mme Cobas, M. May. Je remercie beaucoup la directrice de la Bibliothèque nationale, Mme Kieffer avec son équipe, pour son précieux soutien en nous confiant pour cette exposition la collection de la Bibliothèque nationale de catalogues anciens de rosiéristes luxembourgeois d’avant ces deux guerres mondiale qui ont mis fin à la production de roses au Luxembourg – provisoirement, nous l’espérons !

Je laisse maintenant à M. Orard le soin de présenter la rose Jardin d’Ansembourg, avant de passer la parole a son généreux propriétaire, M. Bruno Théret. Puis M. l’Abbé Augustin OTCHOPKO, Archiprêtre des Trois Frontières, Président de la Fondation « Aimer la Vie » de soutien et d’accompagnement de personnes handicapées bénira en cette Journée internationale de la Paix la rose « Jardins d’Ansembourg ».

Cette cérémonie sera suivie de la remise du « bouquet des Prémices » de la rose Jardins d’Ansembourg à sa Marraine, Mme Anise Koltz et d’une offrande musicale sur le thème des roses et de la paix.

Je vous remercie de votre aimable attention.


Dans la presse, l’article dans le journal luxembourgeois Le Tageblatt


Crédit photo au site du TAGEBLATT.

JPEG - 100 ko