PARIS : quand les maîtres de la peinture rapprochent la France et la Russie Deux expositions majeures, l’une à la Fondation Vuitton avec la collection Morozov, l’autre au Petit Palais, avec des tableaux de Ilya Répine, font souffler un air russe sur la capitale.

, par  Pierre MABIRE
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis le 22 septembre 2021 jusqu’au 22 février 2022, la Fondation Louis-Vuitton présente La Collection Morozov, l’une des plus importantes collections au monde d’art impressionniste et moderne. L’exposition-événement réunit plus de deux-cents chefs-d’œuvre d’art moderne français et russes des frères moscovites Mikhaïl Abramovitch Morozov (1870-1903) et Ivan Abramovitch Morozov (1871-1921). C’est la première fois depuis sa création, au début du XX ème siècle, que la Collection Morozov voyage hors de Russie.

JPEG - 66 ko

Un tableau de Machkov, de la collection des frères Morozov

La Collection Morozov. Icônes de l’art moderne rassemble un ensemble d’œuvres d’artistes français et russes parmi les plus iconiques de cette Collection : Manet, Rodin, Monet, Pissarro, Lautrec, Renoir, Sisley, Cézanne, Gauguin, Van Gogh, Bonnard, Denis, Maillol, Matisse, Marquet, Vlaminck, Derain et Picasso aux côtés de Répine, Korovine, Golovine, Sérov, Larionov, Gontcharova, Malévitch, Machkov, Kontchalovski, Outkine, Sarian ou Konenkov.
Conçue par Anne Baldassari, conservateur général du Patrimoine, commissaire générale, l’exposition se déploie dans une muséographie originale évoquant références historiques et intemporalité d’œuvres emblématiques de la modernité artistique naissante de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle.
Cet événement, le second volet de la grande manifestation Icônes de l’art moderne, est organisé en partenariat avec le Musée d’État de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg), le Musée d’État des Beaux-Arts Pouchkine (Moscou) et la Galerie nationale Trétiakov (Moscou).

Sources : Fondation Louis-Vuitton

Fondation Louis Vuitton
Collection Morozov - Icône de l’art moderne
8, avenue du Mahatma-Gandhi
Paris - 75016
Du lundi au samedi, de 10h à 18 h.
Fermé le dimanche.

Au Petit Palais - Ilya Répine : figure incontournable des arts visuels

Peu connu en France, l’œuvre d’Ilya Répine est pourtant considérée comme un jalon essentiel de l’histoire de la peinture russe des XIXe et XXe siècles. Une centaine de tableaux, prêtés notamment par la Galerie nationale Trétiakov de Moscou, le Musée d’État russe de Saint-Pétersbourg et le musée d’art de l’Ateneum d’Helsinki, dont certains très grands formats, permettent de retracer son parcours à travers ses chefs-d’œuvre.
Figure incontournable du monde de l’art de l’époque, Répine s’intéresse aux différents aspects de la vie culturelle : littérature, musique, sciences… Il est très proche de nombreuses personnalités russes comme l’écrivain Tolstoï, le compositeur Moussorgski, ou encore le collectionneur Trétiakov. Témoin de tous les bouleversements de la Russie de son temps, Répine est particulièrement attentif aux profondes mutations historiques et sociales que connaît son pays et en fait l’écho à travers ses œuvres.

JPEG - 20 ko

"Les haleurs de la Volga", d’Ilya Répine.

Répine débute sa carrière à l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. Associé au courant réaliste, il rejoint ensuite le groupe des Ambulants, qui prônent une peinture qui s’inspire de la vie du peuple russe. Sa première œuvre majeure, Les Haleurs de la Volga (1870-1873) assoit immédiatement sa réputation. Artiste, mais aussi professeur, théoricien de l’art et écrivain, son travail s’étend au-delà même des frontières russes. Grand voyageur, il découvre l’art français dans les années 1870 et participe avec succès aux Expositions universelles parisiennes.

(Sources : service de presse de l’exposition).

"Peindre l’âme russe" - Une exposition d’oeuvres l’Ilya Répine
Paris - Le Petit Palais
Jusqu’au 23 janvier 2022
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Nocturne le vendredi jusqu’à 21h
Informations et réservations sur www.petitpalais.paris.fr

« Les Russes à Paris au temps d’Ilya Répine » en projection numérique

JPEG - 54.7 ko

L’exposition s’accompagne d’une série de dispositifs numériques destinés à apporter un éclairage supplémentaire sur la vie et l’œuvre de Répine.
Une projection « Les Russes à Paris au temps d’Ilya Répine » permet de prendre connaissance de plusieurs lieux emblématiques russes de Paris et ses environs.
Dans la salle consacrée à Répine portraitiste, un choix d’extraits musicaux rappelle le goût de l’artiste pour la musique et ses liens privilégiés avec les grands compositeurs de son temps.
Une projection dans une salle dédiée évoque la destinée mouvementée de l’une des œuvres majeures de Répine, Ivan le Terrible, qui créa le scandale au moment de sa création et fut victime d’un acte de vandalisme en 2018.
Les relations d’amitié entre l’écrivain Léon Tolstoï et Répine sont illustrées par la diffusion d’extraits de leur correspondance, de souvenirs et d’ouvrages de l’écrivain.
Enfin, un feuilletoire numérique présentant une sélection de dessins de Répine est proposé aux visiteurs.

Navigation