Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, oeuvrer pour la paix, distinguer les mérites"

Vous êtes : > QUI SOMMES-NOUS ? > Historique > Notre histoire

Notre histoire

PNG - 19.9 ko

Notre histoire

Née sous la IIIe République, La Renaissance Française est une institution qui a pour objet de participer au rayonnement de la langue française, de la culture française et francophone, des valeurs de la francophonie dans le monde, de veiller à la protection des patrimoines (y compris notre patrimoine environnemental), d’encourager l’artisanat d’art et la création artistique, de prendre part à la sauvegarde des langues minoritaires, de faire dialoguer les cultures et de contribuer, dans un esprit de partage, au rapprochement des hommes et des peuples. Comme l’a voulu son fondateur,le Président de la République française Raymond Poincaré, elle a aussi pour mission de distinguer les mérites.

En 1915, anticipant la victoire des troupes alliées et le retour de l’Alsace et de la Moselle, le Président de la République Raymond Poincaré fonde La Renaissance Française à laquelle il assigne pour objectifs de restaurer les valeurs francophones dans cette région et d’œuvrer pour la paix entre les peuples.

Jadis et naguère

La Renaissance Française, dont les statuts seront déposés en avril 1916, est placée sous le haut patronage du Président de la République.

PNG - 68.9 ko

Sous l’impulsion du Président Poincaré ainsi que sous celle de Lyautey et du Recteur Paul Appell, ses cofondateurs, elle organise, d’emblée, d’importantes manifestations publiques de grande qualité, des fêtes populaires, des conférences etc

Très vite après la Grande guerre, La Renaissance Française étend son action au-delà des provinces rhénanes, en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Roumanie, en Bulgarie,en Hongrie, en Yougoslavie, en Egypte, au Liban, accorde des bourses à des étudiants étrangers, fait mieux connaître la culture des pays dans lesquels elle intervient, mène une intense activité culturelle.

Avec le Président de la République Gaston Doumergue, elle devient établissement d’utilité publique, par décret du 14 décembre 1924, et est placée sous le haut patronage conjoint des ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Défense et de Education nationale.

La Seconde Guerre mondiale brise cette dynamique en la contraignant à l’inactivité jusqu’en 1944. A la libération de la France, elle reprend immédiatement ses activités poursuivant son implantation tant dans les villes et les campagnes de France que hors de France. Elle établit alors des délégations départementales ou locales en France et des délégations nationales hors de France dotées d’une autonomie de fonctionnement et développe des relations étroites avec différents organismes ou institutions.

Aujourd’hui

Au fil des ans, les desseins apolitiques, culturels et de solidarité de la plus ancienne institution francophone se sont affirmés encore.

Ainsi, à partir des années soixante, son président, le Préfet Pierre-Marcel Wiltzer et son président d’honneur, Maurice Schumann, de l’Académie française ont doté notre organisme de moyens nouveaux afin de conforter son statut officiel et de lui permettre. d’étendre son action. Dans cet esprit, et pour mieux reconnaître les mérites, elle a institué de nouvelles distinctions honorifiques et créé des prix.

Aujourd’hui, pour mieux contribuer à la diffusion des valeurs de la francophonie et remplir pleinement la mission qui lui a été confiée il y a un siècle, La Renaissance Française poursuit son développement et continue d’étendre son champ d’action. Elle est présente dans toutes les régions de France et dans toutes les parties du monde.