Culture ─ Solidarité ─ Francophonie



"Promouvoir la culture, distinguer les mérites"

Vous êtes : > OU SOMMES-NOUS ? > Dans le monde > Russie > 2015 - Russie > 29 janvier 2015, Moscou - la Remise de Médaille au vétéran NN

29 janvier 2015, Moscou - la Remise de Médaille au vétéran NN

Source = http://fr.rbth.com/ps/2015/02/03/pourvu_quil_ny_ait_pas_de_guerre_32625.html


Le doyen des anciens combattants de l’escadrille Normandie-Niémen, Ivan Moltchanov (97 ans), s’est vu remettre le 29 janvier la Médaille d’or de l’association La Renaissance Française.

La cérémonie s’est déroulée chez Ivan Moltchanov, qui ne quitte plus son appartement en raison de son âge avancé et de sa santé précaire. C’est sa fille Svetlana qui a ouvert la porte. Elle a elle-même passé le cap des 70 ans, mais elle prend toujours soin de son père et s’occupe du ménage.

Ivan Moltchanov, assis sur son lit, regarde avec intérêt ses invités. « Je ne suis plus en bonne santé », explique-t-il. Son uniforme aux nombreuses médailles est accroché au mur. « Ça va être vite fait », dit Svetlana, en aidant avec adresse son père à enfiler la veste. Le poids des décorations semble courber encore plus le vétéran.

Aux murs : les photos d’Ivan Moltchanov et de sa famille. Dans la bibliothèque : des livres en français consacrés au régiment de chasse Normandie-Niémen.

Les membres de la petite délégation qui est venue remettre la médaille à Ivan Moltchanov, et qui est composée de lauréats des années précédentes et d’élèves du Lycée français de Moscou, sont présentés un à un à l’ancien combattant. Ivan Moltchanov les remercie et serre longuement la main à chacun.

« Vous travaillez avec Le Figaro ? », demande-t-il au journaliste de RBTH. « C’est un grand journal. Merci de véhiculer nos idées aux Français », ajoute-t-il.

JPEG - 139.3 ko

La présidente de La Renaissance Française en Russie, Zoya Arrignon, remet à Ivan Moltchanov la Médaille d’or de l’association fondée par le président de la République Raymond Poincaré. « Je vous remercie », déclare le vétéran, qui en a presque les larmes aux yeux.

« C’est nous qui vous remercions, dit Alexandre Fétissov, président de l’Association des anciens combattants russes du Normandie-Niémen, qui l’appelle gentiment « batia » (« père »). Vous avez abattu huit avions ennemis pendant la Seconde Guerre mondiale : quatre en solitaire et quatre autres en groupe », rappelle-t-il afin que tous les membres de la délégation éprouvent encore plus de respect pour leur interlocuteur. Alexandre Fétissov, lui-même pilote de guerre, a commandé le régiment Normandie-Niémen de 1995 à 2000.

La nouvelle médaille vient prendre place sur l’uniforme du vétéran aux côtés de nombreuses autres décorations, notamment des ordres russes et de la Légion d’honneur qui lui a été décernée en 2008.

Ivan Moltchanov se souvient comment se parlaient les pilotes russes et français pendant les missions. Le commandant français Jean Tulasne, qui commandait l’escadrille a dit qu’il comprenait en russe « fritz à droite » et « fritz à gauche ». C’est ainsi qu’ils communiquaient. La première fois, Ivan Moltchanov participe à une mission commune avec Normandie le 17 avril 1943. Cette date marque le début de la fraternité d’armes franco-russe. Les missions et les combats aériens ont été très nombreux par la suite.

Ivan Ivanovitch reçoit régulièrement des invités de France à qui il peut adresser un bonjour et plusieurs autres mots dans un bon français. « Pourvu qu’il n’y ait pas de guerre », soupire-t-il.


Biographie

Ivan Moltchanov est né le 18 janvier 1918 dans la région de Tver, non loin de Moscou. Après ses études secondaires, il entre à l’école technique de Kalouga où il fait connaissance avec le célèbre spécialiste de l’aéronautique Konstantin Tsiolkovski. Il commence à faire du sport aérien et entre en 1938 dans une école aéronautique. Promu sous-lieutenant en 1940, il part faire son service militaire dans l’Extrême-Orient russe.

Ivan Moltchanov se retrouve dans l’armée dès les premiers jours de la guerre. Il prend part à son premier combat le 22 juillet 1941, près de Pskov. Quelques jours plus tard, il abat deux avions allemands lors de combats aériens à l’ouest de Novgorod. Il est nommé commandant par intérim de l’escadrille en décembre.

Le 12 janvier 1942, l’appareil d’Ivan Moltchanov est abattu au-dessus du lac Seliguer. Après traitement, il part pour Novossibirsk où le régiment est complété.

Le 17 avril 1943, il participe à une mission commune avec l’escadrille Normandie, qui combat sous les ordres du commandant français Jean Tulasne. Le 12 août 1943, il est de nouveau blessé. Après traitement, il est envoyé à l’Ecole supérieure d’officiers du combat aérien.

La guerre terminée, il revient dans le régiment. Il suit en 1947 des cours de commandants d’unités à Lipetsk, après quoi il part faire son service comme commandant adjoint de régiment dans la région du Baïkal. De 1949 à 1952, il commande un régiment en Pologne. En 1953, il devient commandant adjoint d’une division en Biélorussie. En 1960, il est démobilisé avec le grade de colonel. De 1960 à 1966, il dirige l’équipe de contrôle des composants à l’entreprise Khimavtomatika.

À 96 ans, le doyen des anciens combattants de l’escadron Normandie-Niemen Ivan Moltchanov a reçu la médaille d’or de la Renaissance française le 29 janvier à son domicile à Moscou. La cérémonie en images.

Autres sources à visiter :

http://www.lfm.ru/fr/news/207/la-remise-de-medaille-a-l-rsquo-ancien-combattant-russe/