Katerina Autet lauréate du Prix Littéraire de La Renaissance Française 2020 Elle emporte la décision du jury pour son livre "La chute de la maison Whyte" paru aux éditions Robert Laffont - Le Figaro Magazine

, par  La Renaissance Française
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le prix littéraire de La Renaissance Française récompense "l’œuvre écrite en français d’un auteur dont la langue maternelle n’est pas la langue française".

Il vient d’être attribué à Katerina AUTET pour son roman La chute de la maison Whyte (Editons.Robert Laffont./ Le Figaro Magazine)

La cérémonie de remise du prix se tiendra à une date, pour l’instant, non précisée

Le 30 novembre
René Le Bars
Président de la Commission des prix et
président du jury du prix littéraire
La Renaissance Française

JPEG - 36.3 ko

Katerina passe son enfance à Moscou, où elle est née, avant de déménager avec ses parents aux États-Unis. Après sa dernière année de lycée, elle rentre avec sa mère en Russie, où elle commence des études de linguistique durant lesquelles elle apprend le français.
Ensuite, dans le cadre d’un échange universitaire, elle se rend à Nice puis à Paris, où elle enchaîne un DEA d’histoire à la Sorbonne et des études d’économie et finance. Mariée à un français et mère de trois enfants parfaitement bilingues, elle vit et travaille en France.
Le 7 septembre 2020, au restaurant du grand chef étoilé Guy Savoy, Monnaie de Paris, le deuxième Grand Prix des Enquêteurs a été remis à son roman "La Chute de la maison Whyte".

La chute de la Maison Whyte

JPEG - 55.8 ko

Cape Cod, ses belles villas aux bardages de bois, ses millionnaires discrets qui par-dessus tout ont peur du scandale... Mais, justement, le scandale fait vendre. Bien qu’elle s’en défende, c’est ce qu’Edith Whyte a en tête lorsqu’elle publie un livre accusant son célèbre père, grand patron des arts, de crimes inimaginables.
Père et fille n’ont pas le temps de s’expliquer : William Whyte est retrouvé assassiné et le frère d’Edith est accusé du meurtre.
Tandis que la famille se déchire, la bonne société bruit des rumeurs les plus folles...

Navigation