Prix littéraire de la Renaissance Française 2022 : Dimitri Bortnikov lauréat pour "L’Agneau des Neiges" Le jury présidé par Daniel Rondeau, de l’Académie Française", a élu l’oeuvre d’un écrivain atypique que la critique littéraire juge "inclassable".

, par  La Renaissance Française
Version imprimable de cet article Version imprimable
JPEG - 15 ko

A 54 ans, Dimitri Bortnikov cumule plusieurs vies menées au rythme d’une Histoire époustouflante de la Russie et de l’Europe. Né à Samara, sur les rives de la Volga (Russie) au sein d’une famille de petite noblesse, adolescent il se prépara à des études de médecine, travaillant dès l’âge de 14 ans comme aide-soignant dans une maternité. Cette vocation précoce était-elle véritablement la sienne ? De la faculté de médecine, il bifurqua vers celle de Lettres, sans toutefois s’orienter vers une carrière d’écrivain.
Toujours à la recherche de sa personnalité et d’un vrai métier pour vivre, à 18 ans, il signa un contrat au sein de la légion de l’armée soviétique, dans une URSS proche de l’abandon du communisme, à l’époque de la Glasnost chère au président Gorbatchev. Sous l’uniforme durant deux ans, il réalisa des missions au pôle Nord avant de revenir à la vie civile et de pratiquer divers métiers, comme cuisinier, professeur de danse, bibliothécaire scolaire.

Premiers romans en russe

1998 ouvrit une nouvelle période. Le rideau de fer étant tombé, il s’installa en France et signa un contrat dans la Légion Etrangère – contrat qu’il ne renouvela pas au bout de neuf mois d’essai.
De nouveau de retour à la vie civile, après un passage au Mans (Sarthe), enchaînant de nouveau les petits boulots, il s’installa à Paris pour s’atteler cette fois à l’écriture. Son premier roman « Le syndrome de Friz » sera couronné en 2002 de prix littéraires internationaux qui lui assureront une vie matérielle confortable et la possibilité de se consacrer entièrement à une vie d’écrivain.
En 2005, son second ouvrage «  Svinobourg » sort aux éditions de Seuil, dernier roman écrit en russe, traduit par Bernard Kreize. Viendra ensuite « Purgatoire » aux éditions Noir sur Blanc, traduit du russe en français par Julie Bouvard.
Désormais, il écrira en français – dont il ne connaissait pas un mot lors de sa première arrivée à Paris. En 2016, chez Rivages, sort son troisième roman « Face au Styx », qui lui a demandé sept ans de travail.
Son dernier roman « L’Agneau des Neiges », publié aux éditions Rivages, a retenu l’attention du jury du prix littéraire de La Renaissance Française que préside Daniel Rondeau, de l’Académie française, qui en a fait son lauréat 2022.

L'Agneau des Neiges

JPEG - 19.4 ko

Au nord de la Russie, au bord de la mer Blanche, Maria, une jeune infirme, née au lendemain de la Révolution, apprend à survivre. Au fil des années, ballotée de région en région, elle s’illustre par son courage. Après la perte de ses êtres chers, elle se retrouve à Léningrad dont elle affronte le blocus par les forces nazies avec abnégation. En charge de douze orphelins, elle mettra tout en œuvre pour les protéger jusqu’à se sacrifier pour les sauver de la famine et de la mort.
Dimitri Bortnikov nous livre ici un roman magistral, où la trace de l’intime rejoint celle de la grande Histoire.

De son héroïne, Maria, Dimitri Bortnikov écrit : « Un autre jour, Maria s’est réveillée d’un étrange silence. Elle est sortie pour voir. le ciel était comme une huître ouverte … Au palais nacré. Et le ciel chantait la musique de la neige … Il avait neigé cette nuit-là. Maria humait l’air. Rien. Aucune odeur … L’air était pur, et le ciel était haut. Si haut … Et le silence était parfait. A tomber à genoux devant tout ça … Et puis le soleil s’est levé et la neige, elle s’est allumé de mille feux. Cette lumière du Nord. le feu vert d’abord ! Puis rose … Puis vermillon … Et l’ombre bleue, oui, ce bleu tendre, presque gros, qui vous suit, et puis passe devant et vous guide comme le chien d’un aveugle … Puis s’allonge à vos pieds, reste comme ça le temps d’un coup de cils, et puis disparaît. Mon ami, mon ami … La neige – c’est l’enfance de toutes les odeurs. La neige – c’est la mère de toutes les couleurs. La mère stérile … Toujours jeune. Et là, Maria s’est mise à prier ».

L’AGNEAU DES NEIGES, de Dimitri Bortnikov
Collection : Littérature Rivages
ISBN : 978-2-7436-5364-4
288 pages
Prix : 19,00€

Navigation