SOFIA : Colloque international en Bulgarie avec La Renaissance Française en Bulgarie

, par  Christian OLIVE - Secrétaire général , popularité : 8%
JPEG - 55.4 ko

COLLOQUE INTERNATIONAL A SOFIA
« Etat de droit, droits et sécurité humaine dans le temps d’insécurité »
Il a eu lieu le 20 mars 2017 au Ministère des Affaires étrangères

Mme le Professeur Anne Krasteva, Présidente de la Section bulgare de l ‘AMOPA et membre du bureau de la Délégation de La Renaissance Française en Bulgarie, a été le pilier porteur de l’organisation et du déroulement du colloque politique « Etat de droit, droits et sécurité humaine dans le temps d’insécurité » qui a eu lieu le 20 mars 2017 à Sofia et qui a été dédié à la Journée internationale de la Francophonie.

La manifestation est déjà traditionnelle, englobant comme organisateurs le MAE, l’Assemblée nationale, le Groupe des Ambassadeurs francophones, la Section bugare de l’AMOPA, l’Institut français.
Cette 6e édition a eu lieu au Ministère des Affaires étrangères sous le patronage de la Vice-Présidente de la République Mme Iliana Yotova, en présence de M. Dominique Delpeuch, Sous-Directeur de la Direction Affaires politiques et Gouvernance démocratique de l’OIF et S.E.M. Eric Lebédel, Ambassadeur de la république française à Sofia.
L’ objectif du colloque était d’analyser l’impact de l’insécurité et de la sécurisation sur les droits de la personne et la démocratie (y comprises les visions alternatives de sécurité), cherchant de lier les deux pôles de la sécurisation et des droits afin d’étudier le potentiel et l’applicabilité du concept de sécurité humaine.
L’important était de comprendre la sécurisation en tant que réponse politique à un double défi.
Le premier : la multiplication et la diversification des conflits et l’augmentation de leur poids dans les politiques nationales et les relations internationales.
Le second défi qui est conceptualisé dans la notion de société à risque (U. Beck, A. Giddens et exprimant trois types de changements : a) l’émergence de nouveaux risques et la tendance de multiplication des risques ; b) les perceptions de l’ingouvernementalité, la crise migration en étant l’exemple emblématique ; c) les sentiments d’insécurité à cause d’insécurités ontologiques (sociales, politiques, environnementales, identitaires), mais aussi, paradoxalement, en situation de sécurité ontologique (A.Giddens).
L’actualité flagrante du thème du colloque a été largement soulignée et félicitée à la lumière de la sécurisation qui de nos jours devient un discours hégémonique, ce qui place la défense des droits de la personne devant de nouveaux défis.
Les sociologues, les politologues et les personalités politiques de grand renom qui y ont participé (Prof. Tanasije Marinkovic de l’Université de Belgrad, Prof. Anna Krastéva de la Nouvelle Université bulgare, M. Guéorgui Médarov de l’Université de Sofia, M. Jean-Daniel Biéler, - Chef de la Division Sécurité humaine au Département fédéral des Affaires étrangères de la Suisse, le Pof. Pierre Noreau de l’Université de Montréal, M. Herrick Mouafo-Djontu, chercheur associé à Modus Opérandi, etc.) en ont dessiné les contours et en ont analysé l’impact tout en cherchant de définir des solutions visant à en réduire les effets déshumanisants.