Création & chronologie

, par  Internet - Site , popularité : 15%
Version imprimable de cet article Version imprimable

De 1916 à 1940

Dès 1916, anticipant la victoire des troupes alliées et la libération de l’Alsace et de la Moselle, le président de la République Raymond Poincaré créa "La Renaissance Française" association culturelle régie par la loi de 1901 et dont la mission était de faciliter pour les citoyens de cette région, le retour à la culture et à la langue françaises, sévèrement combattues par les autorités du IIe Reich au nom du pangermanisme.

PNG - 68.9 ko

Entre les deux guerres, ces objectifs ayant été atteints de façon satisfaisante, l’association étendit son action auprès des provinces rhénanes.

Elle fut reconnue d’utilité publique par décret du 14 décembre 1924 et bénéficia du haut patronage des ministères des Affaires étrangères, de l’Intérieur, de la Défense et de l’Éducation nationale.

Sous l’impulsion de présidents tels que Raymond Poincaré ou le maréchal Lyautey, elle organisa d’importantes manifestations, fêtes folkloriques, anniversaires et commémorations d’hommes célèbres, colloques, conférences.

Depuis 1944

La Seconde Guerre mondiale brisa l’élan de l’association qui fut mise en veille de 1940 à 1944.

Dés la Libération, La Renaissance Française reprit ses activités antérieures. Poursuivant ses implantations dans villes et les régions françaises, elle y créa des délégations jouissant d’une large autonomie. Elle développa également des liens étroits avec des associations à caractère philanthropique ou culturel, comme la Fédération française des groupes folkloriques.

En outre, dans les années 60, sous l’impulsion de son président d’alors, le préfet Pierre-Marcel Wiltzer et de son président d’honneur Maurice Schumann, l’association s’est dotée de nouveaux moyens d’action :
– attributions et distinctions (environ 300 par an) sous forme de diplômes, décernés à des litres divers à des personnes qui n’ont pas reçu la reconnaissance ou les encouragements qu’elles méritent,
– création d’un grand concours international doté de nombreux prix, ouvert tous les publics mais plus particulièrement aux jeunes et abordant des sujets de société, d’actualité,
– participation à des événements locaux ou nationaux ; par exemple aux cérémonies du bicentenaire de la Révolution française,
– création de lettres ou bulletins de liaison.

Années 80

Dans les années 80, sous la présidence du préfets Roger Dumoulin de nouveaux statuts, conformes à la réglementation en vigueur, ont été élaborés qui complétaient aussi l’appellation traditionnelle par les mentions Culture - Solidarité - Francophonie.

En effet, fidèle à sa vocation d’origine, l’association a étendu son domaine d’action aux pays « ayant la langue française en partage ». C’est ainsi que furent créées des délégations dans les pays statutairement francophones comme la Suisse, la Belgique et le Canada, mais aussi dans les pays aux traditions francophiles telles l’Argentine et la Roumanie, etc.
C’est au nom de ces liens avec la francophonie que notre assemblée générale de 2007 a pu se tenir à Bruxelles, grâce l’accueil de son bourgmestre.

D’abord sous la présidence du préfet Antoine Guerrier de Dumast et maintenant sous celle du professeur Denis Fadda, l’association consolide ses positions en France et en francophonie dont certaines réunissent plusieurs centaines de membres, personnes physiques, associations, entreprises, développant de larges gammes d’activités remplissant ainsi les missions voulues par les fondateurs.
L’association poursuit aussi son développement à l’étranger, comme récemment aux États-Unis d’Amérique, en Chine, en Italie, au Liban, à Madagascar, dans la Fédération de Russie, au Maroc.

Nous postulons auprès de l’UNESCO pour l’obtention du statut d’Organisation non gouvernementale (ONG), dont notre institution présente tous les critères.

En 2009

Madame Simone Veil, ancienne ministre d’État, ancienne présidente du Parlement européen, et membre de I ’Académie française, a accepté la présidence d’honneur de La Renaissance Française.
Notre institution enrichit et renouvelle ses instances en attirant les talents et les dévouement bénévoles indispensables à la vie d’une organisation à but culturel, apolitique et non lucratif.

Horizon 2016

Le Centenaire permettra à tous, une expression nouvelle et un message fort avec les technologies du XXIe siècle !