Voeux de la délégation Nord-Pas de Calais

, par  Zoya ARRIGNON-REELEV , popularité : 5%
JPEG - 80 ko

Chers amis,
La Renaissance Française, comme chaque année, a pour mission de rappeler son profond attachement à l’héritage culturel hérité de ceux qui nous ont précédés. Nous sommes des héritiers et en sommes fiers.
Depuis l’Antiquité, l’homme s’est penché sur la mesure du temps. Le roi de Rome Numa Pompilius (673-753 avant JC) a adopté un calendrier de 355 j. pour remplacer le calendrier lunaire de 304 j répartis en 10 mois.
En 45, Jules César met en place le calendrier Julien de 365 j. avec une année bissextile tous les 4 ans. Le jour intercalaire était un second 24 février soit le 6e jour avant les calendes de mars (bis sextus). Ce calendrier restera en vigueur jusqu’en 1582 quand le pape Grégoire XIII (1505-1582) voulut harmoniser le temps de l’Eglise avec le temps naturel pour maintenir Pâques au printemps. La bulle pontificale Inter Gravissimas du 24 février 1582 établit le calendrier. La suppression de 10 jours a eu lieu le jeudi 4 octobre 1582 suivi du vendredi 15 octobre.
Aujourd’hui l’Eglise orthodoxe russe a conservé le calendrier julien qui avait « été supprimé par les bolcheviques », l’adoption du calendrier grégorien étant perçue comme une adhésion à l’URSS. La Nativité du Christ (25 décembre) est célébrée le 7 Janvier, jour de la théophanie (baptême du Christ) soit 13 jours de différence.
L’année bissextile a suscité d’innombrables légendes et originalités. Ainsi, seul le 29 février permet au Français de lire La bougie du sapeur, rédigé par le vicomte d’Indy. Il tire son nom du sapeur camembert inventé au XIXe s. En Irlande, une légende rapporte que sainte Brigitte aurait négocié avec saint Patrick une autorisation quatriennale pour les femmes leur permettant de demander les hommes en mariage le 29 février. Ceux qui éconduisent leurs prétendantes devaient leur offrir 12 paires de gants, une pour chaque mois afin de cacher sa main sans bague.
Pour nous, c’est le temps des vœux. Alors, n’hésitons pas à souhaiter à toute l’Humanité, la Paix, la Solidarité, la Justice et le Partage afin de construire ensemble un monde plus juste assumant son héritage culturel et patrimonial pour générer la nouvelle civilisation en gestation.
A titre personnel, je paraphraserai F.Dostoievski : « Sauvons l’Amour, car qui perd l’Amour, perd aussi la Raison ».
Jean-Pierre ARRIGNON, Président de la délégation