COVID19 : L’appel du président sénégalais Maky Sall entendu jusqu’au Fonds Monétaire International Soutenu par la France, l’Allemagne et l’ONU, l’appel du président de la République sénégalaise gagne du terrain au sein des organismes financiers internationaux.

, par  Pierre MABIRE , popularité : 5%
JPEG - 35.4 ko

Faisant suite à l’appel du président sénégalais M. Maky Sall (photo ci-dessus), aux déclarations du président de la République française M. Emmanuel Macron, de la chancelière allemande Mme Angela Merkel, et du secrétaire général de l’ONU, M. Antonio Guterres, la secrétaire générale du Fonds Monétaire International (FMI), Mme Kristalina Georgieva a plaidé pour l’effacement de la dette des vingt-cinq pays les plus pauvres, dont dix-neuf sont situés en Afrique.

Privés de ressources

La pandémie de COVID19 a créé une urgence absolue pour tous les pays les plus pauvres du monde, dont l’économie, déjà très précaire, a été mise à l’arrêt. La chute des cours du pétrole et des matières premières due au ralentissement de la production industrielle mondiale, le coup de frein sur les exportations agricoles et sur le tourisme causé par les mesures de confinement qui touchent plus de quatre milliards d’habitants de la planète, privent ces pays de ressources pour rembourser leurs emprunts et se doter de moyens de lutte contre la pandémie.
Vu de la France, l’aide doit concerner encore plus de pays que ceux dénombrés par le FMI. Pour la seule Afrique, le ministre des Finances Bruno Lemaire en compte soixante-seize, dont quarante dans la zone subsaharienne.

Le moratoire, premier palier vers l’annulation

D’ores et déjà, la pression diplomatique a porté ses effets. En attendant les décisions d’annulation de dette pour les pays insolvables, un moratoire a été prononcé sur vingt milliards qui devaient être remboursés cette année sur un total de 36 milliards. C’est le premier palier vers l’annulation de dette, en attendant les décisions du niveau supérieur.
Selon le ministre français, la majorité des pays africains concernés seront éligibles à ce dispositif.
La palme du succès sur ce dossier épineux de la finance internationale revient au président sénégalais Macky Sall qui, dès le 25 mars dernier, avait lancé un appel au monde entier en ces termes : « L’Afrique a l’image du monde est gravement atteinte par la Pandémie du Covid-19 qui va durablement impacter son économie.
Je demande à nos partenaires bilatéraux et multilatéraux d’accompagner la résilience du continent africain, en annulant sa dette »
avait-il déclaré sur Twitter. Message devenu depuis « L’Appel de Dakar ».