Deux lauréats de La Renaissance Française dans l’actualité littéraire Miguel Bonnefoy, prix littéraire de la Renaissance Française 2017, a vu son roman "Héritage" dans la sélection des grands prix littéraires 2020 (Goncourt, Fémina, Académie française). Metin Arditi, médaillé d’or en 2019 pour l’ensemble de son oeuvre, a publié son nouvel ouvrage "Rachel et les siens" aux Editions Grasset

, par  Pierre MABIRE
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Renaissance Française ne s’était pas trompée en décernant son prix littéraire à Miguel BONNEFOY en 2017 et sa médaille d’or à Metin ARDITI pour l’ensemble de son œuvre, en 2019.
Ces deux écrivains s’illustrent en effet de nouveau en 2020, Metin Arditi avec le roman « Rachel et les siens » (Grasset) et Miguel Bonnefoy avec le roman « Héritage » (Rivages).

JPEG - 114.8 ko

Miguel BONNEFOY : « Héritage » (Rivages)

Après le succès de son merveilleux roman « Sucre noir », prix littéraire de La Renaissance Française en 2017, Miguel Bonnefoy affirme tout son talent en 2020 avec un nouveau roman « Héritage » qui l’impose irrésistiblement dans la sélection des plus grands prix : Goncourt, Fémina, Académie française.
Héritage, c’est une fresque familiale qui embrasse cent ans d’une histoire se déroulant entre la France et le Chili, histoire marquée notamment par le drame des deux guerres mondiales.
En 1873, le Père Lonsonier abandonne ses vignes du Jura détruites par le phylloxéra et s’embarque pour la Californie ; malade à bord du bateau, il débarquera à Santiago du Chili où il s’y fixera, se mariera et aura trois enfants dont Lazare très attaché à ses racines françaises. En 1914, quand la guerre est déclarée, celui-ci se porte volontaire pour aller se battre dans les tranchées.
Il reviendra terriblement meurtri et blessé dans son corps et dans son âme et se mariera à son tour. Sa fille Margot sera une pionnière de l’aviation et s’unira à un étrange soldat surgi du passé pour donner naissance à Ilario Da, le révolutionnaire qui subira les tortures du régime Pinochet.
L’histoire de France se mêle à celle du Chili ; Miguel Bonnefoy y fait revivre cette famille dont chaque membre a un destin extraordinaire et émouvant. Il le fait avec son style de conteur et de poète, très français par l’aisance et la vigueur de son écriture et tellement sud-américain par la faculté de faire partager la magie de sa pensée.

PNG - 310.1 ko

Metin ARDITI : «  Rachel et les siens » (Grasset)

Ce roman retrace la vie d’une enfant « qui aimait raconter des histoires » et qui deviendra, par amour du théâtre, une dramaturge mondialement reconnue et acclamée.
Nous faisons sa connaissance alors qu’elle a huit ans, au début du 20è siècle (1917). Elle habite à Jaffa, au sein d’une famille de juifs de Palestine, dans un environnement heureux partagé avec bienveillance avec d’autres familles d’arabes et de chrétiens. Tout dégénère avec les conséquences de la grande guerre, la survenue de conflits religieux, de mouvements de population, d’interventions de puissances étrangères, etc.
Rachel connaît une vie agitée, d’amours, de deuils et d’exils. De Palestine en Turquie, de Turquie en France, elle surmonte un monde hostile grâce à sa passion pour le théâtre et une force de caractère admirable.
Toute la sensibilité et le talent de conteur de Metin Arditi – que l’on connaît depuis « Le Turquetto » ou « Le carnaval noir » - se déploient dans ce roman particulièrement émouvant.

Navigation