EQUATEUR : l’écrivain Gastón Calderón Villegas a reçu la médaille d’or du Rayonnement culturel de La Renaissance Française C’est l’auteur national le plus vendu en Équateur en 2019 et qui a captivé plus de 25 000 lecteurs en Amérique Latine

, par  La Renaissance Française
Version imprimable de cet article Version imprimable
JPEG - 96.2 ko

Gastón Calderón Villegas et Me Joëlle Cattan, présidente de la délégation de La Renaissance Française en Equateur.

La Médaille d’Or du Rayonnement Culturel de La Renaissance Française a été
remise à Gastón Calderón Villegas par la Déléguée de La Renaissance Française
en Équateur, Me Joëlle Cattan, le lundi 9 janvier 2023 au cours d’une cérémonie qui
s’est déroulée en espagnol à la Librería La Madriguera en présence de distingués
invités, amis et parents du lauréat.
Joëlle Cattan a commencé par présenter le parcours littéraire de Gastón Calderón Villegas et ses mérites en tant qu’auteur du roman "Primero es ella", un best seller qui a fait de lui l’auteur national le plus vendu en Équateur en 2019 et qui a captivé plus de 25 000 lecteurs en Amérique Latine.
Puis elle a donné un aperçu du livre en rappelant qu’il s’agissait de la véritable histoire de l’auteur. Elle a souligné aussi que l’auteur combinait des qualités de motivation et de persévérance dans l’effort. Par la suite Joëlle Cattan a épinglé la médaille et a remis à Gastón Calderón Villegas le diplôme correspondant à sa distinction, en prononçant ces mots :
“Au nom du Président International de La Renaissance Française, je vous remets
la Médaille d’Or du Rayonnement Culturel. Je me dois de rappeler que cette Médaille ne constitue pas une distinction dotée d’un caractère et d’une valeur officiels et elle ne doit donc n’être ni regardée ni arborée publiquement ni être mentionnée comme telle par vous. Toutes nos félicitations Gastón Calderón Villegas !”

Parallèlement, Joëlle Cattan a présenté La Renaissance Française en ces termes :
« La Renaissance Française, fondée en 1915 par le Président de la République
Française de l’époque, Raymond Poincaré, est un établissement d’utilité
publique, placé sous le haut patronage du Chef de l’État et des Ministères des
Affaires Etrangères, de l’Intérieur, de la Défense et de l’Education Nationale.
Son siège est à Paris et elle a une vocation internationale.
Sa devise est de promouvoir la culture, œuvrer pour la paix et distinguer les
mérites.
Elle s’y emploie notamment par ses délégations en France et dans le monde.
Ses domaines d’action sont très variés. Ils ont en commun l’épanouissement
culturel et l’accès au savoir, le dialogue interculturel et le rapprochement des
peuples.
Par ses distinctions et ses diplômes, elle rend hommage à des personnes qui
œuvrent pour le bien commun. »

Pour sa part, Gastón Calderón Villegas a très vivement remercié La Renaissance
Française pour « la distinction inespérée », affirmant qu’il continuera à écrire
motivé par sa plus grande force « LA VOLONTÉ ». Un verre d’honneur s’en est suivi.

Navigation