Site internet : le président international Denis Fadda explique les raisons et le sens de son évolution Sept ans après son ouverture, le Site Internet de La Renaissance Française a entamé sa mutation. Il ne s’agit pas d’un ravalement cosmétique, mais d’une évolution importante quant à sa puissance et à son contenu avec la création de nouvelles rubriques. Il compte sur la participation des membres de La Renaissance Française pour contribuer à sa rédaction.

, par  Pierre MABIRE
Version imprimable de cet article Version imprimable

Dans une formule interview, le professeur Denis Fadda, président international de La Renaissance Française, explique les raisons qui ont conduit à faire évoluer le site internet de notre institution. Il explique principalement le sens donné à ce changement qu’il décrit comme permanent. "Tout ce qui touche à la culture et au savoir, à la langue française et au monde francophone, aux patrimoines qu’ils soient nationaux, régionaux ou locaux (y compris, nos patrimoines immatériels, notre environnement, nos paysages), aux minorités linguistiques et culturelles, aux arts et à l’artisanat plus que jamais y trouvera sa place", assure-t-il.

La Renaissance Française : Le site internet de notre institution est en cours de transformation. Comment expliquer les changements en train d’être réalisés ?

JPEG - 55.9 ko

DENIS FADDA : Depuis l’invention de l’imprimerie par Gutenberg au 15è siècle, l’édition connaît une révolution sans précédent avec les technologies numériques qui ne cessent d’évoluer. Le papier n’est plus le support exclusif de l’écrit et de la pensée.
La planète compte 4,5 milliards d’internautes. C’est un phénomène mondial aussi important que l’invention de la roue et la découverte de l’électricité.
Internet efface toutes les distances et le temps de transmission des informations. Nos téléphones portables et tablettes nous relient en permanence avec le reste du monde. Depuis le lancement du premier site Web en juin 1991, un milliard six-cents millions de sites ont été créés, et des milliers de nouveaux naissent tous les jours sur la planète dans un mouvement irréversible. Le site de La Renaissance Française doit à la fois vivre avec son temps et s’en distinguer.

LRF : Cela veut-il dire que vous anticipez la fin de l’édition « papier », de l’écrit ?
DENIS FADDA : Détrompez-vous. Le livre, loin d’être mort, gagne des lecteurs. Contrairement à une idée reçue, le numérique et internet ne tuent pas l’édition du livre « papier ». Plus de neuf Français sur dix (92%) ont lu au moins un livre au cours des douze mois de l’année 2018, contre 84% deux ans plus tôt.
Même les jeunes sont friands de lecture. Chez les 14-25 ans, plus d’un tiers lit chaque jour, les autres occasionnellement ou pendant leurs vacances.

Une décision du Conseil d’Administration

LRF : Qui a décidé que notre site devait être transformé au point de changer les habitudes de lecture de ses visiteurs ?
DENIS FADDA :
De nombreux membres et amis de La Renaissance Française souhaitaient une évolution du site, ils voulaient qu’il permette une meilleure navigation, offre une plus grande diversité de rubriques, un menu plus étoffé et de meilleures facilités de recherche. Le conseil d’administration a pris en compte ces souhaits au cours de plusieurs sessions et décidé de la transformation du site, à charge pour le bureau de La Renaissance Française de réaliser cette mutation.

LRF : Qui dit site internet, dit aussi intervention humaine pour l’alimenter en contenus. Qui sont les intervenants ?
DENIS FADDA :
Le comité éditorial constitué du secrétaire général Christian Olive, du président de la délégation à la communication, Pierre Mabire, et de moi-même, président international, responsable ès-qualité, moralement et juridiquement, de tout ce qui parait sur le site est épaulé techniquement par un concours externe prestataire, qui est avec nous depuis l’origine du site.
Ce comité éditorial a pour mission de veiller à la cohérence des contenus du site, de s’assurer qu’ils correspondent constamment à l’esprit, aux buts, à la ligne et aux valeurs de notre institution mais il doit aussi contribuer tant à l’écriture des rubriques et des articles qu’à la recherche de contributeurs.
Les premiers contributeurs se trouvent au sein de La Renaissance Française et en tout premier lieu dans les délégations auxquelles il faut régulièrement rappeler qu’elles doivent informer sur leurs activités et les illustrer. Les contributeurs, se trouvent aussi à l’extérieur de notre organisation – mais souvent très proches de nous - écrivains, philosophes, historiens, experts, etc. ; nous entendons les solliciter plus souvent désormais.

JPEG - 46.2 ko

LRF : Pourquoi ne pas avoir arrêté le site ancien pour faire place à une nouvelle plate-forme avec un site « fini » au moment de sa mise en ligne ?
DENIS FADDA :
Si nous sommes dans le tempo de cette révolution du numérique qui déferle dans la vie publique et privée, en revanche nous ne cédons pas à la mode de l’hyper vitesse qui fait passer à côté de l’essentiel. La transformation du site se fait pas à pas, à chantier ouvert. Cela peut paraître étrange dans cette époque où tout va très vite. Nous entendons parfois des impatiences se manifester ; nous les comprenons, bien sûr.

Un site beaucoup plus ouvert à l’ensemble des champs culturels

LRF : Pouvez-vous lever le voile sur les nouveautés qui vont apparaître sur le site ?
DENIS FADDA :
L’espace dont dispose les délégations va désormais beaucoup mieux refléter la vie et les activités de chacune d’entre elles ; il va constituer aussi un vecteur de liaison entre ces délégations et leurs membres. Très prochainement, la page d’accueil fera une meilleure place aux personnes distinguées par notre institution. Une place de choix sera donnée à nos prix littéraires, aux écrivains, à l’édition, et à la diffusion dans le réseau des libraires indépendantes. Le site va également s’ouvrir encore plus largement à l’ensemble des champs culturels : beaux-arts, patrimoines, patrimoines immatériels, langues et cultures minoritaires, environnement, protection des paysages.

LRF : Le menu propose depuis quelques jours les « publications des membres ». Pouvez-vous expliquer l’intérêt de cette rubrique ?
DENIS FADDA :
Cette rubrique est à la disposition des membres de La Renaissance Française pour publier leurs pages d’écriture : une émotion à la suite d’un événement particulier concernant La Renaissance Française, une réflexion personnelle.
Comme pour la rubrique « idées » ou « champs libres » de journaux de la presse écrite, le comité éditorial veillera à ce que soient respectés qualité et originalité. Je suis certain que des textes magnifiques nous seront adressés.

Les contenus évolueront en permanence

LRF : Quelle date pouvez-vous annoncer pour la fin de ce chantier ?
DENIS FADDA :
Il n’y aura pas de date de « fin de chantier » du nouveau site. Ce site – avec la contribution d’un groupe-test - est conçu aujourd’hui pour être en constante évolution. Des rubriques nouvelles viendront le compléter au fil du temps. Les menus pourront bouger. Sa mise en cohérence avec son époque sera permanente.
Le comité éditorial fait d’ailleurs appel aux membres de La Renaissance Française qui ont des passions particulières pour apporter leur contribution à l’équipe de rédaction et l’alimenter en articles et photos sur des sujets qu’ils maîtrisent bien. Il leur suffit de se manifester en utilisant le formulaire « contact » à la disposition de tous.

Navigation