21 septembre 2021 : une cérémonie sous le double symbole de l’hommage aux combattants de la Grande Guerre, et des arts contemporains Traditionnellement, La Renaissance Française ravive la Flamme et fleurit la tombe du Soldat inconnu le jour anniversaire de sa fondation en 1915. Cette année, l’Arc de Triomphe était "emballé" selon les plans de Christo

, par  Pierre MABIRE
Version imprimable de cet article Version imprimable
JPEG - 80.9 ko

L’Arc de Triomphe de Paris "emballé" selon le rêve et les plans de Christo, célèbre pour ses emballages de grands monuments mondialement réputés.

La cérémonie de ravivage de la Flamme sur la tombe du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe de Paris, le 21 septembre 2021, s’est déroulée sous le double symbole de l’hommage à tous les combattants de la Grande Guerre et des arts visuels contemporains.
Quelques jours plus tôt, le célèbre monument avait été « emballé », selon les plans de Christo, artiste décédé en mai 2020, qui avait rêvé de voir l’avenue des Champs-Elysées dominée par cette sculpture gigantesque éphémère que serait l’Arc sous des toiles de fibres métallisées.
A 18h30, sous l’éphémère « emballage », se perpétrait l’immuable rituel quotidien du ravivage de la Flamme et de fleurissement de la tombe du plus célèbre des soldats de France dont nul ne connaît l’identité, tombé dans l’enfer de la guerre 1914-18, comme des millions d’autres dans le monde victimes de la folie humaine.

La gerbe fleurie de La Renaissance Française

JPEG - 80.3 ko

Le professeur Denis Fadda, président international de La Renaissance Française, lors du dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu, en présence de nombreux élèves d’établissements scolaires.

Traditionnellement, La Renaissance Française est officiellement représentée par son président international, le professeur Denis Fadda, accompagné d’une délégation de plusieurs dizaines de membres de l’institution. La gerbe que le président déposa orna la dalle mortuaire avec celle de l’association Nationale des Réservistes Locaux à la Jeunesse et la Citoyenneté.
Guidé par le Général d’Armée Bruno Dary, président du Comité de La Flamme sous l’Arc de Triomphe, un élève d’un collège parisien procéda au ravivage de la Flamme.
A la suite de la Sonnerie aux Morts, l’hymne national fut chanté par le ténor Guillaume Rat, récemment promu médaillé d’or de La Renaissance Française au titre du Rayonnement culturel.

JPEG - 79.2 ko

Le ravivage de la Flamme par un collégien guidé par le Général d’Armée Bruno Dary.

JPEG - 69 ko

Le ténor Guillaume Rat, récemment promu médaillé d’or de La Renaissance Française au titre du Rayonnement culturel, interprète "La Marseillaise".

L’œuvre des berceaux" racontée par Madame Ben Lakhdar- Kreuwen
 
Titulaire d’une Maîtrise d’Histoire, Licenciée de langues étrangères, Madame Ben Lakhdar Kreuwen a été durant de très longues années et jusqu’en 2016, Directrice des bibliothèques de Verdun, conservateur en chef ; des bibliothèques qui possèdent le fonds de manuscrits médiévaux le plus important de Lorraine, dont une partie accessible sur internet. Dans ses fonctions, elle a eu l’opportunité de rassembler bien des informations sur l’œuvre des berceaux si mal connue.
A l’issue du très agréable dîner dans un restaurant marocain qui, le 21 septembre, a réuni ceux qui avaient participé à notre cérémonie à l’Arc de Triomphe, elle nous a raconté son histoire.
Enthousiasmant son auditoire, Mme Kreuwen a fait connaître le rôle remarquable d’accueil des très jeunes enfants accomplie par cette association après la Grande Guerre.
En ce 21 septembre, jour anniversaire de La Renaissance Française et journée de la Paix, il nous fut particulièrement agréable d’apprendre que cette œuvre a été créée par deux couples Monsieur et Madame Henri Didion et Monsieur et Madame Raymond Poincaré, à savoir notre fondateur et son épouse.
Ces informations revêtaient une importance particulière pour nous dans la mesure où un rapprochement a pu être fait avec la remarquable action accomplie par Raymond Poincaré et par Madame Poincaré, dans le cadre de La Renaissance Française, puisque nous savons avec quelle détermination ils ont organisé et mis en œuvre l’accueil de nombreux enfants d’Alsace et de Lorraine durant et après la Grande Guerre.

Navigation